Bien que nous n’ayons évidemment pas attendu la pandémie de Covid-19 pour respecter les règles élémentaires d’hygiène, les évènements récents nous ont obligés à redéfinir la notion de « propreté » au sein notre établissement

Aussi, et pour assurer autant le bien-être de nos hôtes que la sécurité sanitaire, voici nos 6 règles d’or désormais en vigueur dans notre Chalet.

1. Aération



L’air sain de la campagne, le souffle printanier qui emplit la chambre lorsque l’aube pointe. Bientôt l’été, il est là tapi déjà dans les rayons encore timides d’un soleil qui s’affirme.
L’air, donc, qui virevolte et se renouvelle dans nos intérieurs. Il est notre souci premier, c’est lui que nous respirons, lui dont nous assurerons la qualité.

Certes, et ce n’est pas d’hier, nous n’avons jamais pour habitude d’organiser des barbecues indoor, et moins encore dans l’espace dévolu à nos hôtes adorés. Mais à présent, et pour s’assurer qu’il puisse régénérer entièrement l’atmosphère de vos pénates, l'air de l'établissement est sans cesse renouvellé.

2. Respect des gestes barrières pendant le nettoyage



Il y a encore quelques semaines, quelques mois, l’évocation de « gestes barrières » vous aurait fait penser aux gardes du même noms qui sécurisaient les routes quand passaient les trains - qui, alors, pouvaient en cacher d’autres.

Mais aujourd’hui, et à force de l’avoir entendu incessamment répété, vous savez ce que ces gestes recouvrent : masques, gels, et gants, le triptyque victorieux contre la propagation du virus qui a fait si soudainement irruption dans nos vies.

Nous respectons à la lettre les directives édictées par le gouvernement.

Difficile cependant d’appliquer la « distanciation sociales » au nettoyage d’une chambre d’hôtel, nous n’avons pas encore de robot assez évolué pour ramasser les serviettes qui gisent dans la salle de bain. Un jour, peut-être…

3. Utilisation d’un bon désinfectant



En période de pandémie, peut-on distinguer le « bon » du « mauvais » désinfectant ? En soit, un désinfectant désinfecte, c’est entendu et c’est déjà très bien. Un désinfectant qui dégraisse, c’est un dégraissant. Et un désinfectant qui « diffuse des huiles essentielles de lavandes et d’écorce d’orange », c’est une arnaque.

Nous, nous utilisons des produits en accord avec les normes émises par l’Agence de Protection de l’Environnement.

C’est à dire que non seulement ils éliminent les germes, bactéries et virus, mais qu’ils respectent l’intégrité de la nature, n’émettant pas de substances toxiques.

4. Utilisation de fournitures jetables



Exceptionnellement, nous utilisons des fournitures de nettoyage jetables, afin d’être sûrs de ne pas amener le virus d’une pièce à une autre.

Cependant, nos fournitures sont faites à bases de matériaux recyclés, et sont biodégradables, parfois même ils se biodégradent avant même qu'on les utilise, c’est dire s’ils sont de qualité !

5. Lavage des tissus à très haute température



Tous nos tissus (draps, rideaux, serviettes, chaussons...) sont lavés à très haute température. Après avoir tenté 600° et constaté une déperdition certaine du matériel dans le processus de lavage - ainsi que dans le personnel assigné à ces tâches, nous avons opté pour un 60° ce qui, en comparaison fait nettement plus modeste, mais est néanmoins beaucoup plus adapté pour peu que vous teniez à pouvoir profiter de nos fournitures à bases de coton.

6. Retrait des documents et objets non indispensables



Exceptionnellement, nous retirerons tous les documents et objets non indispensables : éléments de décoration douteux, documentations rébarbatives sur le musée du dé à coudre situé pourtant à 2 km, annuaire daté de 1991. En revanche, on ne peut toujours rien faire pour votre beau-frère.